Bordeaux sous l'Occupation


Ce samedi 09 septembre, nous nous engageons dans une visite guidée bordelaise qui s’annonce chargée, tant au niveau du contenu historique que des nuages qui menacent. Et pourtant, c’est avec un bel entrain que nous parcourons les rues de Bordeaux à la rencontre des évènements et des personnages marquants de la période 1940-44.

Les allées de Tourny aménagées en abris allemands. Photo : Archives Sud Ouest

Le contexte historique étant très dense, il ne sera pas possible de vous retranscrire la quantité d’informations communiquées par Frédéric Bechir, le guide-conférencier qui a conçu cet itinéaire. En revanche, il reste quelques noms marquants.   

Le Théâtre Français transformé en cinéma à l'usage exclusif des troupes allemandes . Photo : Archives Sud Ouest

Comme celui d’un certain Jacques Delmas, parisien d’origine, qui sera positionné à Bordeaux par le général de Gaulle et prendra le nom de Jacques Chaban-Delmas en ajoutant à son patronyme son nom de résistant. 

Il est question également d’Adrien Marquet, ancien maire de Bordeaux et homme politique controversé dont le souvenir a été quelque peu éclipsé malgré 20 années de carrière. Quand gênant est synonyme d’oubli…

Deux personnages étrangers ont également suscité l’émoi. En premier lieu l’histoire romanesque d’Heinz Stahlschmidt qui, par amour pour une bordelaise, a désobéi aux ordres de ses supérieurs et a sauvé le port de Bordeaux de la destruction. Après la libération, il prend le nom d’Henri Salmide et s’installe avec son Henriette à Bordeaux où il vécut jusqu’en 2010. 

Sans oublier la figure de Aristides de Sousa Mendes, Consul Général du Portugal à Bordeaux, qui lui aussi défia les ordres de son gouvernement et délivra des visas d’entrée au Portugal pour 30 000  réfugiés, dont 10 000 Juifs. Un acte héroïque qu’il assuma au détriment de sa carrière et de sa famille.

Aristides de Sousa Mendes. Image : centerofportugal.com

Et que dire de cette surprise de taille : découvrir la présence d’un bunker en plein centre-ville ! 
D’ailleurs, pour celles et ceux qui s’intéressent au sujet, vous pourrez retrouver à Bordeaux, lors des Journées du Patrimoine les 16 et 17 septembre, une animation autour des vestiges de la Seconde Guerre mondiale à Bacalan (110 rue Achard) avec la reconstitution d'un camp FFI autour de nombreux véhicules d'époque (possibilité de promenade en Jeep) ainsi qu'une exposition photo dans un authentique blockhaus français de la défense passive.   

Le Centre Jean Moulin propose également jusqu’au 07 janvier 2018 une exposition sur le thème « 1917 : voilà les Américains ! », qui raconte le débarquement et l’installation des Américains en Gironde au travers du contexte géo-politique mais aussi de la vie quotidienne (mariages, santé, découverte du jazz, etc).

Bonnes visites !

Commentaires

Articles les plus consultés